Laurence Philippart, Plant Manager Merksem

Laurence Philippart, Process Manager QSE @ Raffinerie Tirlemontoise - Tiense Suikerraffinaderij

Quand a commencé votre aventure à la Raffinerie Tirlemontoise?


Je travaillais depuis un an dans un bureau d’étude à Bruxelles quand j’ai vu une annonce de la Raffinerie Tirlemontoise qui cherchait un ingénieur de production à la Sucrerie de Wanze. J’avais toujours eu envie de travailler en production. J’ai donc sauté sur l’occasion et j’ai envoyé ma candidature.

 

Après plusieurs étapes de sélection, j’ai été engagée et j’ai débuté ma carrière à la Raffinerie Tirlemontoise le 8/11/2004. Cela fera 10 ans cette campagne. Je me rappelle encore de ce premier jour où je ne comprenais pas un mot sur deux de ce que mes nouveaux collègues racontaient… Ils parlaient de Grand-Pont, d’égout, de centrifugeuses,...

 

J’ai, depuis lors, occupé plusieurs postes au sein de la Raffinerie Tirlemontoise : ingénieur de production, responsable de l’emballage à Tirlemont, process manager et responsable qualité-sécurité-environnement à Wanze et, depuis peu, Plant Manager dans notre usine de Merksem où les produits de la marque Candico sont fabriqués.

 

Comment se déroule une de vos journées de travail?


J’arrive assez tôt le matin à l’usine et mon premier réflexe est de regarder les résultats de la production de la veille afin de préparer la réunion de production qui a lieu tous les matins. 

 

J’enfile ensuite généralement mes chaussures de sécurité et me rends dans l’usine pour prendre la température de celle-ci : ambiance, propreté, problèmes rencontrés… Il est important pour moi de rester en contact avec ce qui fait le cœur de notre site : son personnel.

 

Ensuite, une fois la réunion de production terminée, je retourne à mon bureau ou j’enchaine les réunions selon les cas.  Comité pour la prévention et la protection au travail (CPPT), rencontres avec des fournisseurs dans le cadre des nombreux projets en cours sur notre site, audits…

 

Je reçois aussi régulièrement le personnel qui vient me voir pour divers sujets allant de problèmes de qualité ou sécurité à des difficultés privées pouvant avoir une influence sur leur travail.

 

Quand tout ceci est terminé, il est déjà temps de rentrer chez moi ! Mes journées s’envolent donc à très grande vitesse...

 

Comment décririez-vous l’ambiance au sein de la Raffinerie Tirlemontoise?


Pour moi, la Raffinerie Tirlemontoise, c’est une espèce de PME (Petites et Moyennes Entreprises) qui a grandi mais qui a gardé cette ambiance particulière où tout le monde connaît tout le monde, où l’entraide est de mise, et où la communication entre collègues n’est pas régie par des règles strictes. On rit beaucoup, on forme une équipe soudée, d’autant plus que l’on a passé ensemble des campagnes parfois difficiles, parfois couronnées de succès mais, qui ont toujours été le résultat d’un groupe, en ce compris les employés et les ouvriers.

 

Comment vivez-vous votre job et la vie à la Raffinerie Tirlemontoise?


A 100 à l’heure ! On pourrait croire qu’une usine qui existe depuis plus de 500 ans a découvert tout ce qu’il y a à découvrir sur la Cassonade et le Sucre Candi, mais non ! Il y a toujours de nouveaux projets à imaginer, des processus à améliorer!

 

Quel est votre Sucre de Tirlemont préféré?


Mon produit préféré, j’espère que mes collègues à Merksem ne m’en voudront pas, reste la Cassonade Graeffe.  J’adore son fondant sur les crêpes. Chuut :-)